2.2.3 Établir ou revoir le modèle logique

Revoir votre modèle logique est une composante essentielle de la préparation de l’évaluation. Si vous n’en avez pas encore, c’est le moment idéal pour y travailler. Établir le modèle logique sur lequel se base votre programme ou votre service permet d’articuler les activités prévues, les produits et les résultats de votre travail.

Pour commencer, examinez les buts de votre programme ou de votre service. Pour que le modèle logique soit pertinent et que les activités, les produits et les résultats soient alignés avec les priorités et les buts, il est important de clarifier ces derniers.

Qu’est-ce que le but d’un programme ?

Le but d’un programme est un énoncé général (mais pas trop !) des résultats qu’on désire obtenir à long terme grâce à sa mise en œuvre. Il sert de fondation à l’établissement des objectifs du programme. L’énoncé du but précise le groupe ciblé ainsi que le « quoi » (sans mentionner le « comment » ni le « quand »). Par exemple :

« Le programme de counseling du Collège Fairview donne du soutien aux étudiants et aux étudiantes, et les aide à acquérir les habiletés nécessaires pour aller jusqu’au bout de leurs études postsecondaires.

« Le programme Accessibilité Plus de l’Université Moutain Top offre une attention particulière aux étudiants et aux étudiantes qui sont aux prises avec des problématiques de santé mentale afin d’améliorer leur expérience sociorécréative sur le campus. »

Ressource supplémentaire
Qu’est-ce qu’un modèle logique ?

Un modèle logique est une représentation visuelle du changement qu’on souhaite voir advenir grâce à nos ressources et à nos activités. C’est une façon simple et puissante d’illustrer les éléments clés d’un programme ou d’un service. Plusieurs outils peuvent vous aider à concevoir un modèle logique (voir la feuille de travail #2 pour un gabarit et un exemple de modèle logique). Bien que les modèles qu’ils proposent présentent certaines différences, ils ont tous en commun les éléments suivants :

  • Les ressources (ou intrants) : ce qu’on investit dans le programme ou le service (par exemple, l’argent, le temps, les ressources humaines)
  • Les activités : ce qu’on planifie de faire (par exemple, offrir des ateliers ou de la formation, produire du matériel)
  • Les produits (ou extrants) : ce que vous faites (par exemple, le nombre d’activités ou de personnes rejointes)
  • Les résultats : les changements qui surviennent grâce à votre travail, à court terme (un ou deux ans), à moyen terme (deux ou trois ans) ou à long terme (trois ans et plus)
  • L’incidence : on utilise aussi le mot « incidence » pour parler des résultats à long terme (par exemple, les changements de comportement); en général ceux-ci ne peuvent être entièrement attribués au programme évalué.

Le modèle logique d’un programme doit mettre en lumière la théorie du changement sous-jacente. Il s’agit de démontrer les paramètres qu’il est possible de maîtriser et ceux qui ne relèvent pas du programme, et de décrire en détails pourquoi vous pensez que celui-ci aidera les étudiants et comment il le fera, en indiquant vos hypothèses ou des preuves concrètes concernant les causes du problème. Par exemple, disons que vous pensez que les étudiants et les étudiantes utilisent davantage les services d’aide à la santé mentale quand ils sont mieux renseignés sur les ressources disponibles; est-ce une hypothèse ou possédez-vous des preuves pouvant le démontrer? Un modèle logique solide aide à cadrer et à concevoir l’évaluation du programme. Cet outil comprend un énoncé et une analyse raisonnée du problème, les intrants, les activités et stratégies du programme, et enfin les produits, les résultats et l’incidence souhaités.

Énoncé du problème Analyses raisonnée Intrants Activités et stratégies Produits Résultats Incidence

 

Vous trouverez à la suite des ressources supplémentaires sur le modèle logique ainsi que la feuille de travail #2, qui présente un gabarit et des exemples pour chacune des sections. Votre modèle logique constitue la base qui vous permettra de déterminer ce que vous voulez évaluer, le type de données à collecter et comment le faire.

La différence entre un produit, un résultat et un indicateur
  • On appelle « produits » les résultats immédiats qui découlent de la réalisation des activités prévues. Les produits peuvent être dénombrés; on les détermine en répondant à la question « combien? » (d’activités, de personnes rejointes, etc.).
  • On entend par « résultats » les effets de vos activités au fil du temps, à court, moyen et long terme. On peut établir les résultats en se demandant : « Qu’est-ce qui s’est passé à la suite de notre travail ? » À court terme, les résultats se manifestent souvent par des changements sur le plan des connaissances, des habiletés ou de la conscientisation, tandis qu’à moyen et long terme, il s’agit plutôt de changements sur le plan des comportements, des actions entreprises et de l’habileté à faire face aux diverses situations qui peuvent se présenter.
  • Un indicateur est un élément qui permet de mesurer ce qui a été fait ou ce qui s’est passé à la suite du travail effectué. Dans le contexte de l’évaluation, ce terme renvoie aux façons de mesurer les produits ou les résultats (vous déterminerez ainsi des indicateurs au moment de planifier votre collecte de données).
Étude de cas 03
L’étude de cas suivante vous permettra d’en apprendre davantage sur les produits et les résultats :

Ruby occupe depuis plus de cinq ans un poste d’animatrice en santé mentale au Bureau des services à la vie étudiante de l’Université Waverly. Dans le cadre de son travail, elle coordonne une foire annuelle sur la santé mentale et organise des conférences pour sensibiliser la population étudiante, le personnel administratif et le corps professoral aux problématiques liées à la santé mentale et aux dépendances. Chaque année, elle collabore avec des organismes situés ou non sur le campus, par exemple des centres de santé communautaires, des cliniques, l’Association canadienne pour la santé mentale et les services d’aide psychologique à l’intention de la population étudiante, les invitant à participer à l’événement en présentant une conférence ou en tenant un kiosque. Voici les buts visés par ces activités :

  1. Réduire la stigmatisation liée aux problématiques de santé mentale et de dépendance sur le campus en offrant un espace favorisant le dialogue, l’ouverture et l’apprentissage
  2. Augmenter les connaissances sur la santé mentale de la clientèle étudiante, par exemple sur les signes permettant de reconnaître la dépression ou les façons de composer avec l’anxiété ou d’offrir du soutien à une personne qui vit une problématique de santé mentale.
  3. Diriger la clientèle étudiante vers les services dont elle a besoin, sur le campus ou à l’extérieur, pour l’aider à les utiliser.

Ce sera cette année la cinquième édition de cette foire annuelle et Ruby veut en faire l’évaluation pour vérifier si ses buts sont atteints. Grâce aux bilans des années précédentes, elle sait que 360 étudiants, étudiantes et membres du personnel ont participé à l’événement depuis cinq ans et, grâce aux formulaires de rétroaction qui ont été remplis chaque année, que 70 % de ces personnes ont appris quelque chose de nouveau au sujet de la santé mentale. En faisant ses invitations pour tenir un kiosque ou présenter une conférence, elle a noué des partenariats avec 23 organismes, ce qui a augmenté de 40 % le nombre de services externes vers lesquels diriger la clientèle étudiante qui consulte le Bureau des services à la vie étudiante en raison d’une problématique de santé mentale. Au cours des cinq dernières années, le Bureau a aussi noté une augmentation du nombre d’étudiants et d’étudiantes qui utilisent son service de soutien par les pairs, qui sont dirigés vers des services externes et qui s’engagent comme bénévoles ou soutiennent le travail pour la santé mentale sur le campus.

Voici quelques questions relatives aux produits et aux résultats qui pourraient être utiles à Ruby pour son évaluation. À l’aide des renseignements fournis précédemment, imaginez les réponses que Ruby pourrait y apporter.

Produits :
  • Combien d’événements ont-ils eu lieu ?
  • Combien y a-t-il eu de participants au fil des ans ?
  • Combien de liens de collaboration ont découlé de l’événement ?
Résultats :
  • Quelle influence la foire sur la santé mentale a-t-elle eue sur l’utilisation des services du Bureau des services à la vie étudiante par la population étudiante ?
  • Quelle influence les nouveaux liens de collaboration ont-ils eue sur l’utilisation des services par la population étudiante ?
  • La foire sur la santé mentale a-t-elle modifié la perception qu’a la population étudiante de la santé mentale ?
  • Quelles autres questions concernant les produits et les résultats Ruby pourrait-elle se poser ?
Feuille de travail #2 : Le modèle logique (exemple et exercice)

Télécharger le document Word Télécharger le document Word (comprenant des exemples)

Il est aussi possible de convertir les documents Word pour Google Docs. Voici comment.

Vous trouverez une liste de toutes les feuilles de travail de la trousse d’outils à l’annexe 3

Trousse d’outils : Version PDF Qu'avez vous pensé de cette trousse d’outils?